Arrêté par la neige

Le matin, en partant de Banff, la radio avait annoncé les premiers flocons de neige. Mais, il était optimiste. Cela ne devait pas durer. D’autant plus, que le  Québec battait des records de chaleur. Plus de 30 degrés celsius à Montréal, c’était du jamais vu à cette période de l’année, en 50 ans.

La journée a été paticulierement froide, mais rien d’insupportable. Il suffisait de ne pas s’arrêter de pédaler. J’ai été très content de retrouver un peu de chaleur dans mon duvet sous la tente. Mais, le lendemain matin, tout était recouvert par la neige. La température était glaciale et la sortie du duvet a été difficile. 

J’ai attendu 2 jours, sous la tente que le temps s’améliore. Mais, il a continué a neiger. Je n’étais qu’à 1700 mètres d’altitude et je devais monter à plus de 2500 mètres les jours suivants. Après avoir très longtemps hésité, j’ai décidé de faire demi-tour.

 

 

 

Partager ...Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedIn

Du Lac Chiliwack vers Hope. Énervé? Un peu

A 8h30, en partant du Lac Chiliwack, j’avais des doutes sur le trajet de mon GPS. Mais confiant, je suis parti. Très rapidement, le chemin est devenu impraticable en vélo. J’ai donc poussé le vélo et la remorque. J’ai été très percévérant , mais après 5 heures, j’ai dû abandonner car le chemin devenait trop étroit. J’ai donc fait demi-tour.

Je me suis donc retrouvé à 16h00 au point de départ . Mais, je n’étais pas à la fin de mes soucis, je n’avais plus rien à manger et évidemment aucun magasin au bord du lac. J’avais, en effet prévu de manger en arrivant à Hope.

J’ai demandé, sans succès, au 2 seuls touristes présents dans le camping de me vendre un truc à manger. Je me suis retrouvé dans l’ obligation de retourner à Caltus Lake. 44 km à parcourir en sens inverse après avoir poussé mon vélo toute la journée sans manger, une broutille quoi!

Je suis arriver, sous la pluie, de nuit, content de trouver un hôtel pour me réchauffer. J’avais réussi à acheter un sandwich juste avant.

Après cette expérience, j’ai décidé de revenir à mon idée première, faire la Divide Tour et abandonner la Trans Canada Trail. J’ai donc loué une voiture pour rejoindre Banff.

 

 

Partager ...Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedIn

Départ d’abbotsford pour Cultus Lake

Difficile de sortir du lit douillet après la longue  journée d’hier. Mais la journée commence bien, petit déjeuner copieux et un supermarché Save On Food, juste à côté de l’hôtel pour faire les courses pour 2 jours.

Le début du parcours est plutôt simple. Je rencontre plus de poussette que de VTT. Mais, évidemment, cela ne pouvait pas durer. Je tombe sur une route barrée, par 4 rangées de plots. Sur le GPS, je ne vois pas d’autres routes, je décide donc de passer, difficilement, les barrières. J’ai l’impression de rouler sur une route post apocalypse. La végétation a envahi la route. On devine tout juste le chemin à suivre. L’escalade de nouveaux plots me ramène à la réalité.

C’est donc avec confiance que dans l’après-midi, je suis le GPS  sur un chemin  peu engageant. Je l’avais bien senti, je me retrouve devant une barrière de fil de fer barbelé. J’explore à pied le chemin qui semble bien continué. Je porte à nouveau le vélo et la remorque par dessus la barrière. Je me sens plus serein lorsque je retrouve la piste en gravier, même si je dois encore porter le vélo et la remorque sur une descente que l’on ne voudrait justement pas faire en vélo.

Après tous ces efforts, j’arrive au lac Cultus où je suis content de monter ma tente pour la première fois.

Le seul regret de la journée est de n’avoir pas pris en photo un pêcheur avec ses 2 magnifiques prises.

Partager ...Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedIn